skip to Main Content

Et la téléconsultation pour tous?

Téléconsultation en campagne

La téléconsultation a enfin percé ! la crise sanitaire, si elle a eu quelques retombées positives, c’est bien celle-là : l’adoption de la téléconsultation par les professionnels de santé et un plébiscite des patients. le virage numérique, qui en fait était un croisement avec stop, est sauvé.

La téléconsultation est un des volets de la télémédecine. Il a fallu une terrible crise sanitaire pour que les professionnels de santé, fortement encouragée par les opérateurs de télémédecine qui ont proposé des conditions attractives pour recourir à la télé santé, ou ont expliqué un peu mieux la manière dont on pouvait mettre en relation les professionnels et les patients, fassent le pas.

En six mois, (deuxième et troisième trimestre 2020), c’est un français sur cinq qui a eu recours à la télémédecine.

Plus précisément, dire que le français a « eu recours » à la télémédecine, c’est plutôt le professionnel de santé qui a proposé ses services sur une plateforme et était ainsi visible, ou qui a eu l’initiative d’une telle consultation.

la charge de l’apprentissage du logiciel revient au patient avant la téléconsultation

Loin l’idée de tergiverser sur cette nuance. C’est juste la remarque que c’est le patient qui s’adapte au logiciel du médecin et non l’inverse  : c’est-à-dire que la charge de l’apprentissage du logiciel revient au patient avant la téléconsultation (d’où l’intérêt de prévoir globalement les mêmes fonctionnalités ou ergonomie..)

 

Il conviendra de se poser la question, à un moment, de l’évolution du rapport entre le professionnel de santé et le patient par la téléconsultation. Loin de déshumaniser la relation comme cela a été craint par beaucoup, il apparaît que le professionnel de santé a une meilleure écoute et que le patient lui-même a plus de velléité à se confier et éventuellement aborder l’ensemble de ses problèmes alors que, parfois, le présentiel donne lieu à une certaine retenue ou pudeur.

il n’est pas sûr pour autant que l’ensemble des patients (…) ait pu, en pratique, tester ce dispositif

Si les patients qui ont testé la téléconsultation en sont, pour une très grande majorité, extrêmement satisfaits, il n’est pas sûr pour autant que l’ensemble des patients qui auraient pu avoir droit à une téléconsultation ait pu, en pratique, tester ce dispositif.

De mes expériences et retours d’expérience dans des territoires reculés qui sont le centre de la France, la téléconsultation s’est heurtée à la qualité du réseau Internet.

Et parfois, dois je le dire, à certains professionnels avec qui j’ai parlé, dans des endroits assez reculés au sens de la démographie médicale et les infrastructures de transports, remontés contre une technologie “inhumaine” aux main d’acteurs de la “capitale”. ( si, en province, les idées reçues persistent)

Soit le réseau n’était pas suffisant pour pouvoir maintenir une qualité de visio, soit l’absence de réseau récurrente fait que les personnes dont évidemment des patients atteints de maladies chroniques, ne sont pas équipées de matériel informatique pour pouvoir se connecter. C’est une réalité que la crise, là aussi, a révélé.

De fait, la consultation par téléphone a pu être un moment acceptée par la DGOS. Puis abandonnée au profit de la “visioconférence” même si elle ne se pratique qu’en audio.

Ainsi il faudra répondre aussi à la question suivante : la téléconsultation qui devait notamment permettre de pallier la baisse de la démographie médicale et les zones dites sous-denses, est-elle capable effectivement de remplir ce rôle, où va-t-elle profiter aux gens de la ville qui sont déjà assez bien lotis.

La téléconsultation est-elle alors un luxe, ou un confort supplémentaire ? Quels sont les exclus de la téléconsultation et comment résoudre cette éventuelle nouvelle fracture que les patients loin de tout pas demandé pas plus qu’ils n’en sont responsables. ?

 

Pour en savoir plus 

Baromètre Télémédecine, qui réalisée par ses partenaires Odoxa et Care Insight

https://esante.gouv.fr/actualites/lans-publie-un-nouveau-barometre-sur-la-telemedecine

Le téléconsultation, nouvelle panacée ? pas selon deux généralistes Marie Cypier in Medscape – 30 Novembre 2020

Back To Top
Aller au contenu principal