skip to Main Content

LES PREMIÈRES ÉDITIONS ONT PERMIS DE

  • Faire entendre la voix de professionnels de santé exerçant dans les « territoires » et qui n’avaient pas l’habitude de parler, ni d’être entendus.
  • Relever les besoins des collectivités locales et des établissements de santé en
    matière d’aide, assistance et conseil.
  • Remarquer que la diffusion de l’information (la formation continue des
    professionnels de santé, les forums des associations de patients) était impactée par le mauvais maillage du numérique.
  • Alerter sur la dégradation des communications (Antares, etc.) pour les secours.
  • Lancer la première saisine d’une pétition citoyenne par le Conseil économique social et environnemental, 3e institution de la Ve République, qui a rendu un avis sur les déserts médicaux en décembre 2017 remis à Madame Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé.
  • Être reçu au ministère des Solidarités et de la santé sur les enjeux de la diffusion de l’information publique de santé à l’ensemble des Français (SPIS).
  • Être auditionné et consulté sur les conclusions des premières journées dans de multiples enceintes.
  • Être très présent dans les médias sur la double peine et la réalité d’une fracture médicale & numérique.
  • Être auditionné par la mission ministérielle sur la 5G pour connaître les besoins en matière de réseau pour la santé connectée.

POURQUOI LA POURSUITE DES TRAVAUX OU NOUVELLE ÉDITION ?

Le plan THD est annoncé pour 2022 mais la fibre rencontre des difficultés, notamment techniques de déploiement. Les opérateurs ne s’accordent pas pour assurer les missions de service public, contreparties de l’attribution des fréquences qui leur ont été accordées, et certaines communes sont d’ores et déjà exclues de la fibre par les décisions de Conseils départementaux. Une vigilance en plus de celle d’ ARCEP est nécessaire pour constater la réalité sur le terrain du caractère effectif du déploiement de la télémédecine et de la téléconsultation, mises en place officiellement en septembre 2018.

En effet la téléconsultation a fêté le troisième anniversaire de son remboursement par la Sécurité sociale et celui-ci marque son véritable décollage. Car au départ, la téléconsultation était boudée par les Français qui la jugeaient peut-être trop complexe et semblaient ne pas avoir confiance dans les bornes informatiques de consultation. Mais la crise du Covid-19 a changé la donne. Contraints de limiter leurs interactions sociales mais aussi de ne pas engorger les services d’urgences, les Français ont découvert tout l’intérêt de la téléconsultation. Alors qu’elle ne représentait que 0,04 % des consultations des médecins en 2019, la téléconsultation a bondi à 5,4 % en 2020, avec un pic à 20 % en avril 2020, lors du premier confinement, avec 4,5 millions de téléconsultations. Surtout, l’intérêt des Français a perduré après les confinements : au premier semestre 2021, la téléconsultation représentait 4,4 % des consultations des médecins (plus de 1,4 million par mois sur les premiers mois de l’année, un peu plus d’un million en juin), indique l’Assurance maladie. Le remboursement à 100 % des téléconsultations décidé pendant la crise (au lieu des 70 % habituels) a certainement contribué à ce succès. La mesure est d’ailleurs prolongée jusqu’à la fin de l’année.

Back To Top
Aller au contenu principal