Un an après la dernière édition de l’Université des déserts médicaux et numériques, nous revenons pour faire un bilan de l’année écoulée et des avancées observées… ou non !

La mobilisation des acteurs de santé autour de ces sujets des déserts médicaux et numériques méritait de maintenir le lien avec ces sujets essentiels dans l’organisation des soins sur les territoires.

Nous avons donc décidé de lancer une série de webconférences pour débattre et continuer les échanges autour de ces enjeux.

1er rendez-vous le 15 octobre 2020 à 17h30 avec la webconférence “1 an après, où en est-on ?

Au programme :

  • Retour sur les initiatives et avancées depuis l’édition 2019
  • La 5G : quelqu’un comprend-il quelque chose ?
    Au delà des débats enflammés Amish vs Geek, nous souhaitons comprendre cette technologie et ses impacts sur le monde de la santé

En amont de cet événement nous souhaiterions recueillir votre perception de ce sujet de la 5G avec ce rapide questionnaire 😉

Webconférence : 1 an après, où en est-on ?

Retour sur les 10 points clés de l’édition 2019

Voici 10 points clés à retenir des échanges et débats de l’édition 2019.

1. Ne parlons pas de déserts médicaux mais de zones sous-dotées

Le terme de désert médical est jugé stigmatisant par les élus locaux et apparait comme un frein pour l’installation des médecins…

2. Le roaming pour réduire les déserts numériques

Le roaming inter-opérateur apparaît comme une solution pour permettre de basculer automatiquement d’un réseau à un autre pour réduire les zones blanches. Un visiteur étranger à plus de chance d’obtenir du réseau via le roaming qu’un habitant local lié à un seul opérateur !

3. La connexion par satellite : une alternative pour les déserts numériques

Le mode de connexion par satellite a été mis en lumière lors de cet événement : solution opérationnelle avec un déploiement immédiat, qui permet de fournir du haut débit quel que soit le lieu. Une belle découverte pour répondre aux zones blanches.

4. La santé animale : des déserts médicaux aussi du côté des vétérinaires

Les déserts médicaux sont aussi une réalité pour la santé animale avec une pénurie grandissante de vétérinaire. Les éleveurs ont de moins en moins de temps et le numérique, via notamment des objets connectés, peut apporter des solutions… à condition d’avoir des connexions !

5. Des hôpitaux saturés

La pénurie de médecin en zone rurale et dans les petites agglomérations, notamment de médecins généralistes, engendre une saturation des urgences à l’hôpital. Les soignants doivent faire face à un afflux croissant de patients. On observe également un mésusage médical : les médecins hospitaliers passent de 50 à 60% derrière un ordinateur… Temps qui pourrait être consacré à la prise en charge des patients.

6. 5G : une révolution technologique mais pas une solution immédiate pour combler les déserts numériques

On parle beaucoup de la 5G qui sera déployée en France à partir de 2020 notamment pour palier aux déserts numériques. Mais si la 5G est dix fois plus rapide que la 4G, elle ne pourra être effective qu’en fonction de la bande passante et du temps de latence (temps de réponse). Tout est encore une histoire d’infrastructure et d’organisation…

7. La téléconsultation n’est pas encore une solution

La télémédecine peine à se développer et notamment à convaincre les médecins. Elle doit être considérée comme une optimisation et non une substitution. Le cadre du remboursement des téléconsultations est trop complexe pour démocratiser l’utilisation. La téléconsultation doit être une solution pour les déserts médicaux mais ne l’est pas encore aujourd’hui.

8. Numérique : « Arrêtons de penser au patient, pensons avec le patient »

Le numérique permet au patient de sortir de son isolement, de mieux s’informer et d’acquérir de nombreuses connaissances sur sa maladie. Un des messages forts des échanges est d’intégrer le patient en amont du développement des solutions pour répondre aux véritables besoins. Le patient ne doit pas être placé au centre mais dans la boucle pour imaginer la médecine de demain.

9. Déserts médicaux : près d’1 médecin sur 5 déjà concerné

Egora a dévoilé les résultats d’une enquête menée auprès des médecins : pour près de 17 % des répondants, les déserts médicaux sont déjà une réalité. Deux mesures sont plébiscitées par les médecins interrogés pour répondre à cette problématique : le renforcement de l’attractivité du métier (hausse du revenu) et les nouvelles formes d’exercice libéral (maison ou pôle de santé).

10. La pharmacie de demain sera collaborative

On observe une tendance forte aujourd’hui : la pharmacie « isolée » tend à disparaître au profit d’installation collaborative entre jeunes pharmaciens. La pharmacie doit se réinventer pour répondre aux attentes des nouvelles générations de pharmaciens.